Book Series Textes et Etudes du Moyen Âge , vol. 18

Les traducteurs au travail. Leurs manuscrits et leurs méthodes

Actes du Colloque international organisé par le "Ettore Majorana Centre for Scientific Culture" (Erice, 30 septembre - 6 octobre 1999)

J. Hamesse (ed)

  • Pages: 548 p.
  • Size:165 x 240 mm
  • Illustrations:16 b/w
  • Language(s):French, English
  • Publication Year:2002

  • € 40,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-51219-8
  • Paperback
  • Available
  • € 40,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-53912-6
  • E-book
  • Available


Review(s)

Les auteurs : 
E. Berti (Udine), F. Bossier (Antwerpen-Leuven), J. Brams (Leuven), Ch. Burnett (London), J. Ducos (Bordeaux), J. Hamesse (Louvain-la-Neuve), J. Hankins (Harvard), R. Hissette (Köln), L. Holtz (Paris), H. Hugonnard-Roche (Paris), D. Jacquart (Paris), P. Lardet (Paris), J. Martinez Gazquez (Barcelona), C. Martini (Vicenza), O. Merisalo (Jyväskylä), M. Nicoud (Paris), M. Regoliosi (Firenze), G. Serra (Padova), C. Vircillo Franklin (New York) et M. Zonta (Roma).

Summary

Le moyen âge latin fut par définition une période de traduction. Soucieux d'avoir à leur disposition les textes d'autres cultures, les médiévaux n'ont eu de cesse de transférer d'une langue à l'autre les oeuvres de l'Antiquité classique ainsi que l'héritage arabe et hébreu avec les moyens dont ils disposaient à leur époque. Afin d'avoir une meilleure connaissance de leurs méthodes de travail et des problèmes inhérents au passage d'une langue à l'autre, il est important de retrouver les manuscrits qui ont servi de base de travail aux traducteurs. On y trouve des notes de leur main qui expliquent les difficultés rencontrées, les hésitations dans l'utilisation d'un terme plutôt qu'un autre pour rendre en latin un vocable de la langue source ainsi que des notes marginales qui sont autant de remarques philologiques, matériel de première main pour notre compréhension et notre connaissance des niveaux linguistiques tant des traducteurs que des utilisateurs depuis l'Antiquité jusqu'à la Renaissance. D'autre part, lorsqu'elles existent, les préfaces laissées par les traducteurs en tête de leur travail constituent des documents de première importance pour notre compréhension de leurs problèmes et pour la reconstitution de la méthode utilisée pour les résoudre. On trouvera dans ce volume beaucoup de matériel encore inédit. Les recherches menées sur les manuscrits ont permis de voir plus clair dans la problématique propre aux traductions faites tant sur le grec, l'arabe, le syriaque, l'hébreu qu'en langues vulgaires. Les exposés sont dus à des spécialistes des divers domaines concernés.