Book Series Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, Sciences Religieuses, vol. 205

Connaître Dieu

Métamorphoses de la théologie comme science dans les religions monothéistes

Olivier Boulnois, Sylvio De Franceschi, Philippe Hoffmann (eds)

  • Pages: 717 p.
  • Size:156 x 234 mm
  • Language(s):French, English
  • Publication Year:2024

  • € 100,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-61198-3
  • Hardback
  • Available
  • € 100,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-61199-0
  • E-book
  • Available


Regards croisés sur la théologie envisagée comme une science dans les religions monothéistes.

BIO

Olivier Boulnois est directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE-PSL) et membre du LEM (UMR 8584). Ses recherches portent sur la philosophie médiévale et l’histoire de la métaphysique. Il a notamment publié Au-delà de l’image : une archéologie du visuel au Moyen Âge, ve-xvie siècle (2008), Métaphysiques rebelles : genèse et structures d’une science au Moyen Âge (2013), Généalogie de la liberté (2021), et Le désir de vérité : vie et destin de la théologie comme science d’Aristote à Galilée (2022).

Sylvio Hermann De Franceschi est directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE-PSL) et directeur du LEM (UMR 8584). Ses recherches portent sur l’histoire des idées religieuses de l’époque moderne. Il a notamment publié Thomisme et théologie moderne : l’École de saint Thomas à l’épreuve de la querelle de la grâce (xviie-xviiie siècles) (2018) et Théologies en débat : l’Église catholique posttridentine au risque du pluralisme doctrinal dans la querelle de la grâce (xviie-xviiie siècles) (2023).

Philippe Hoffmann est membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, directeur d’études émérite à l’École pratique des hautes études (EPHE-PSL) et membre du LEM (UMR 8584). Spécialiste du néoplatonisme (Proclus, Damascius, Simplicius), il s’est aussi intéressé aux Oracles Chaldaïques et l’hellénisme en Asie centrale (papyrus aristotélicien et maximes delphiques d’Aï Khanoum). Il a récemment dirigé avec Andrei Timotin un recueil d’études sur Théories et pratiques de la prière à la fin de l’Antiquité (2020).

Summary

La théologie est née comme science métaphysique. Dès Aristote, la science la plus haute se présente comme une discipline philosophique qu’il appelle épistémè théologikè, « science théologique ». Ce que nous appelons aujourd’hui « métaphysique », c’est ce que les traductions latines d’Aristote appellent scientia divina, « science divine ». Or cette « science divine » aristotélicienne ne porte pas sur les dieux de la religion. Aristote emploie d’ailleurs un terme tout à fait différent pour désigner le discours mythique et religieux sur les dieux : il parle alors de theologia ; la theologia est une autre sorte de discours, celui des mythologies sur les dieux, tandis que la « science divine » du philosophe porte sur une substance première, séparée du monde sensible et principe de son mouvement, soit le premier moteur. Ce principe n’opère aucun salut. Il ne faut donc pas confondre le discours scientifique (la « science théologique » ou « science divine », sur le premier moteur) et le discours religieux. La difficulté est alors de comprendre quand, comment et pourquoi cette discipline philosophique suprême, la science théologique, s’est orientée vers les religions vécues par les hommes. Quand le mur séparant la theologia de la « science théologique » a-t-il été abattu ?

TABLE OF CONTENTS

Olivier Boulnois, Sylvio Hermann De Franceschi, Philippe Hoffmann, Introduction

I. Naissance et consolidation d’une métaphysique divine ve-xiiie siècle

Philippe Hoffmann, Proclus sur l’existence et la providence des dieux. Démonstrations scientifiques et mode de vie philosophique

Pascal Mueller-Jourdan Origine, sens, portée et limite du langage théologique chez Proclus de Lycie

Pierre Lory, La pensée mystique musulmane : une science ?

Amal Belkamel, La science du kalām : entre raison et révélation

Daniel De Smet, L’ésotérisme comme science dans la doctrine ismaélienne

David Lemler, Justifier la théologie : les rhétoriques de la crise de la tradition dans la pensée juive médiévale

Daniel Barbu, Moïse Maïmonide et la science des religions

II. L’âge d’or de la théologie comme science au bas Moyen Âge XIIIe-XVIe siècle

Gilbert Dahan, La définition d’un langage scientifique et la théologie comme science (XIIe-XIIIe siècles)

Adriano Oliva, Les discussions sur les principes de la théologie comme science pendant la première moitié du XIIIe siècle

Iacopo Costa, La théologie comme scientia affectiua (1240-1300 env.)

Julie Brumberg-Chaumont,  La logique de la théologie comme science au XIIIe siècle : la Summa theologiae de Thomas d’Aquin et l’invention de la forme du traité disputationnel de science

Mathieu Terrier, La refondation de la science divine dans le shī‘isme imâmite en temps d’occultation de l’imâm. Sur l’oeuvre de Ḥaydar Āmulī (m. après 787/1385)

Simon Icard, Qu’est-ce que « la science des saints » ? Petite histoire latine d’une formule biblique

Thomas Gay, Jean Cabrol contre Pierre Auriol : les premiers principes de la science à l’épreuve de la Trinité

Christophe Grellard, Un théologien peut-il avoir des opinions ? Jean Mair et l’automne de la théologie scientifique

Olivier Boulnois, Le concile de Latran V (1513), la dogmatique philosophique et l’histoire de la théologie

III. La science théologique dans la redistribution moderne des savoirs XVIe-XXe siècle

Chrystel Bernat, Calvin, la science théologique et l’ignorance docte

Deborah Miglietta, Théologie et science chez Tommaso Campanella

Sylvio Hermann De Franceschi, Le théologien spéculatif face au problème de la vie suréminente : théologie, science mystique et scolastique dans le catholicisme posttridentin (XVIIe-XVIIIe siècles)

Brigitte Tambrun, Richard Simon critique de la théologie savante

Jean-Luc Solère, Bayle, l’« averroïsme » et le discours théologique

Daniel-Odon Hurel, La théologie, mère de toutes les sciences selon dom Guéranger, et la définition de l’historien catholique (1830-1870)

Camille de Belloy, Le donné révélé et la théologie : un éclairage sur l’épistémologie théologique d’Ambroise Gardeil

Sophie Nordmann, L’(a)théologie d’Emmanuel Levinas

Constance Arminjon, Historicité ou pérennité de la science théologique : quelques aspects de la théologie shi‘ite duodécimaine à la fin du XXe siècle

IV. Regards extérieurs : pour une approche comparée du fait scolastique

Vincent Eltschinger, Quelle théologie pour le bouddhisme indien ?

Matthew T. Kapstein, « Guides to the View » (lta khrid): Tibetan Buddhist Manuals of Philosophical Contemplation

Index