Book Series Judaïsme ancien et origines du christianisme, vol. 30

Regards croisés sur la pseudépigraphie dans l’Antiquité / Perspectives on Pseudepigraphy in Antiquity

Anne-France Morand, Eric Crégheur, Karine Laporte, Gaëlle Rioual (eds)

  • Pages: approx. 310 p.
  • Size:156 x 234 mm
  • Illustrations:2 b/w
  • Language(s):French, English
  • Publication Year:2024


Pre-order*
  • € 70,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-60260-8
  • Paperback
  • Forthcoming (Apr/24)

Forthcoming
  • € 70,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE


Summary

Qu’il s’agisse d’écrire sous le nom de Pythagore, d’Orphée, de la Pythie, ou encore de Paul de Tarse ou d’Énoch, les Anciens usaient de noms d’emprunt célèbres pour s’exprimer. Phénomène fondamental de l’Antiquité, la pseudépigraphie n’a cependant fait l’objet d’aucune monographie avant les années 1970, avec le livre de Wolfgang Speyer, Die literarische Fälschung im heidnischen und christlichen Altertum (1971), et les Entretiens de la Fondation Hardt, Pseudepigrapha I. Pseudopythagorica – Lettres de Platon – Littérature pseudépigraphique juive (1972). Le sujet a alors suscité les critiques de plusieurs savants. Plus récemment, la somme que Bart Ehrman a consacrée à la question, Forgery and Counterforgery (2013), par les vives réactions qu’elle a provoquées – parfois critiques, parfois élogieuses – a contribué à relancer le débat. Le présent volume se propose de revenir sur ces importantes synthèses, en les abordant sous l’angle de figures précises, ainsi que d’époques, de langues et de régions diverses. Il vise aussi à élargir la recherche en mettant à l’épreuve les différentes théories énoncées dans la littérature savante. Il est désormais devenu essentiel d’étendre et de remodeler cette notion de pseudépigraphie qui touche également à celles d’« auctorialité », d’inspiration poétique, d’intention des auteurs antiques et de genres littéraires.

TABLE OF CONTENTS

Introduction (Anne-France Morand)

Literary Deceit in Greek, Roman, Jewish, and Christian Antiquity (Bart D. Ehrman)
Authenticité auctoriale ou fidélité au message ? Le cas des textes pseudépigraphiques bibliques juifs et chrétiens (Pierluigi Piovanelli)
Entre authenticité et relectures : l’autorité du Patriarche Hénoch, destinataire des révélations sur le destin des anges, des justes/élus et des pécheurs (Matteo Silvestrini)
What are the Old Testament Pseudepigrapha? (Gavin McDowell)
Rôle et fonction de la pseudépigraphie dans les Oracula Sibyllina (Jean-Michel Roessli) 
Quelques réflexions sur les fonctions des notices personnelles dans les épîtres pastorales (1 Timothée, 2 Timothée, Tite) (Priscille Marschall)
Qui est le Cébès du Tableau de Cébès ? (Gaëlle Rioual)
« Celui qui ne s’est pas séparé de Babylone » : Les Samaritains dans les Paralipomènes de Jérémie (Jonathan Bourgel)
Les Hymnes orphiques à l’aune de la pseudépigraphie (Anne-France Morand)
Orphée chez les païens tardifs : un marqueur de la compétition religieuse (fin IVe-début Ve siècle) (Francesco Massa)
Bal masqué aux temps apostoliques. La pseudépigraphie dans les Homélies pseudo-clémentines (Philippe Therrien)
La pseudépigraphie dans la littérature arménienne ancienne et médiévale (Valentina Calzolari)
Bibliographie sélective (Karine Laporte & Anne-France Morand)

Index des auteurs et textes anciens
Index des noms propres, anciens et modernes
(Karine Laporte)