Book Series Studia Artistarum , vol. 34

'Homo considera'. La pastorale lyrique de Philippe le Chancelier

Une étude des conduits monodiques

A.-Z. Rillon-Marne (ed)

  • Pages: 370 p.
  • Size:156 x 234 mm
  • Language(s):French, Latin
  • Publication Year:2012

  • € 70,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-54466-3
  • Paperback
  • Available
  • € 70,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-56051-9
  • E-book
  • Available


Review(s)

"L'ouvrage de A.-Z. Rillon-Marne se recommande par la qualité de ses analyses, toujours claires et pédagogiques. Il contribue à éclairer une figure majeure de la lyrique latine du XIIIe siècle et participe d'un mouvement récent des études musicologiques, qui redonne au texte sa place décive dans la construction du discours musical." (Isabelle Fabre, dans: Revue d'Etudes Augustiniennes et Patristiques, 2014, 60/1, p. 169

"L’ouvrage d’A.-Z. Rillon-Marne offre une étude de cas très réussie autour d’une figure majeure du xiiie siècle, Philippe le Chancelier, et de ses compositions poétiques. On continuera à lire ses travaux avec grand intérêt." (Martine Clouzot, dans: Médiévales, 66, printemps 2014, http://medievales.revues.org/7300)

Summary

Au tournant du XIIe et du XIIIe siècle, les thématiques moralisatrices tiennent une place importante dans les sources musicales parisiennes, particulièrement dans la pratique du conductus. L’analyse d’une sélection de conduits monodiques moraux attribués à Philippe le Chancelier révèle les qualités oratoires et rhétoriques de cette production tant par le texte que par la musique. Les deux entretiennent une relation complexe qui peut être de valoriser les sons des mots, d’en clarifier le sens ou encore de mettre en place une construction savante, à l’intention des esprits habitués aux subtilités de la poésie rythmique latine et des mélodies du plain-chant. Le désir de communication du message moral impose ses règles et ses figures, comme autant de techniques apprises au contact d’autres pratiques du discours, notamment celle du sermon. Les capacités du prédicateur à structurer son message et le fonder sur un substrat culturel scolaire et biblique se trouvent ainsi réinvesties dans l’élaboration de ces constructions lyriques. Ainsi, par la collaboration de tous ces moyens, la pastorale se loge là où le discours peut trouver une efficacité nouvelle, dans la musique des mots et la déclamation de la voix chantée.