Book Series Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, Sciences Religieuses , vol. 166

Les églises rupestres de la région des lacs d’Ohrid et de Prespa, milieu du XIIIe - milieu du XVIe siècle

Sashka Bogevska-Capuano

  • Pages: 831 p.
  • Size:156 x 234 mm
  • Illustrations:80 b/w, 69 col.
  • Language(s):French
  • Publication Year:2015

  • € 115,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-54647-6
  • Paperback
  • Available
  • € 115,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-56455-5
  • E-book
  • Available


Vingt-quatre églises, datant du milieu du XIIIe au milieu du XVIe siècle, ont été recensées et étudiées du point de vue architectural, iconographique, stylistique et épigraphique.

Review(s)

« Cet ouvrage est donc appelé à devenir un manuel de référence incontournable, en raison non seulement de la très riche documentation rassemblée, mais aussi des analyses qui l’accompagnent et qui ouvrent des perspectives de recherches nouvelles pour l’étude de l’histoire de cette région des Balkans, tout comme de l’histoire de l’art byzantin en général » (Brigitte Pitarakis, dans la Revue des études byzantines, 74, 2016, p. 406)

Summary

Pratiquer le culte dans des grottes n’est pas un phénomène inconnu à Byzance. Néanmoins, chaque région possède ses propres caractéristiques, et l’étude des monuments rupestres de la région des lacs d’Ohrid et de Prespa démontre leurs particularités. Vingt-quatre églises, datant du milieu du XIIIe au milieu du XVIe siècle, ont été recensées et étudiées du point de vue architectural, iconographique, stylistique et épigraphique. Lieux saints, fondés pour diverses raisons, ces chapelles ont connu de nombreuses transformations et elles sont riches en matériel qui éclaire plusieurs aspects de l’art et de la société médiévaux de la région. Retirées dans des endroits solitaires, ces chapelles ont toutefois eu un rôle actif dans la pratique du culte des diverses communautés et notamment des moines, de la noblesse locale, des dignitaires ecclésiastiques et du peuple. Dans quelle mesure les programmes iconographiques reflètent-ils les fonctions des lieux ? Quelle est la différence entre les chapelles des diverses périodes ? Quels sont leurs rapports avec les monuments construits ? Ce sont les questions que nous nous sommes posées. Les peintures des églises rupestres d’Ohrid et de Prespa témoignent des changements stylistiques et iconographiques, ainsi que des mouvements des artistes entre les divers centres artistiques de l’Empire (Thessalonique, Constantinople, Kastoria, Ohrid, Pélagonie). Le croisement de tous ces courants artistiques confirme le rôle central que cette région avait dans la société et l’histoire médiévale balkanique.