Book Series Textes et Etudes du Moyen Âge , vol. 21

Filosofia in volgare nel medioevo

Atti del Convegno della Società Italiana per lo Studio del Pensiero Medievale (SISPM), Lecce, 27-29 settembre 2002

N. Bray, L. Sturlese (eds)

  • Pages: 532 p.
  • Size:165 x 240 mm
  • Language(s):Italian, French, English
  • Publication Year:2003

  • € 43,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-51503-8
  • Paperback
  • Available
  • € 43,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-56241-4
  • E-book
  • Available


Summary

On a essayé dès le Haut Moyen Age de traduire d’importants textes philosophiques dans les langues vulgaires de l’Europe germanique et romane. Aux XIIè-XIIIè siècles, les vulgarisations deviennent plus complexes et souvent, sous l’apparence de simples “traductions” de textes philosophiques, on trouve des réécritures contenant des ajouts et des commentaires qui peuvent être considérés à juste titre comme des travaux philosophiques autonomes. Dans le contexte de cette littérature prend finalement forme une série d’essais de “faire de la philosophie” en langue vulgaire, qui sont en général l’oeuvre de personnages dotés d’une vaste culture et qui exercent également leur activité en langue latine.

Ce genre de littérature pose de nombreuses questions intéressantes tant pour l’histoire de la philosophie que celle de la culture : existe-t-il une différence entre rédiger de la philosophie en latin ou en langue vulgaire ? Est-ce que le fait d’écrire en vernaculaire implique nécessairement une banalisation du contenu ? L’attitude des auteurs change-t-elle en fonction des différents destinataires ? Peut-on vraiment parler de divers types de public philosophique (clercs, laïcs) bien distincts ? Peut-on établir une typologie des textes philosophiques en vulgaire différente de celle qui existe en latin ?

Ces problèmes sont abordés à l’aide d’un grand choix d’auteurs, parmi lesquels Maître Eckhart, Conrad de Megenberg, le roi Alphonse le Sage, Marguerite Porète, Nicole Oresme, Christine de Pisan, Dante Alighieri, Michele Savonarola et de nombreux auteurs anonymes ou des traducteurs peu connus de questions naturelles ou d’écrits mystiques.

Les chercheurs qui ont collaboré à ce volume sont des spécialistes d’histoire de la philosophie médiévale, de philologie germanique et de philologie romane: A. Beccarisi (Lecce), P. Bertini Malgarini (Cagliari), L. Bianchi (Vercelli), N. Bray (Lecce), S. Caroti (Parma), L. Cifuentes (Barcelona), A. Coco (Lecce), C. Crisciani (Pavia), P. Falzone (Roma), G. Federici Vescovini (Firenze), B. Garì (Barcelona), F. Geymonat (Torino), A. Ghisalberti (Milano), D. Gottschall (Lecce), K. Grubmüller (Göttingen), R. Gualdo (Lecce), A. Musco (Palermo), M. L. Picascia (Pavia), T. Ricklin (Neuchâtel), A. Saccon (Torino), L. Sturlese (Lecce), U. Vignuzzi (Roma), S. J. Williams (Las Vegas).