Book Series Epitome musical

À l’ombre du laurier. Musique et culture à Florence 1530-1570

Philippe Canguilhem

  • Pages: approx. 700 p.
  • Size:185 x 270 mm
  • Illustrations:8 b/w, 43 col., 10 tables b/w.
  • Language(s):French
  • Publication Year:2024


Pre-order*
  • € 125,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-61201-0
  • Paperback
  • Forthcoming (Aug/24)

Forthcoming
  • € 125,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE


À partir d’une riche base documentaire pour une grande part inédite, ce livre montre comment la musique a participé aux mutations de la société florentine au cours des premières décennies du duché des Médicis.

BIO

Philippe Canguilhem est professeur de musicologie au Centre d’études supérieures de la Renaissance (Université de Tours). Ses recherches portent principalement sur la vie musicale en Italie au 16e siècle. Il étudie également les rapports entre oralité et écriture, en particulier l’improvisation du contrepoint, dans la pratique musicale à la Renaissance. Auteur de plusieurs livres sur ces sujets, il est membre honoraire de l’Institut Universitaire de France et corresponding member de l’American Musicological Society.

Summary

Fruit de plus de quinze années de recherches dans les bibliothèques et archives de Florence, ce livre souhaite mettre en évidence le rôle de la musique dans le dispositif culturel mis en place par les premiers ducs de Florence, Alessandro et Cosimo 1, depuis la chute de la dernière République jusqu’à l’obtention par Cosimo du titre de grand-duc de Toscane par le pape Pie V. Ces quatre décennies, marquées par des bouleversements politiques, sociaux et culturels ont été scrutées avec la plus grande attention dans les domaines de l’histoire de l’art, de l’histoire politique, économique ou littéraire, mais la place de la musique dans cette société en mouvement n’avait jamais été évaluée en profondeur. Observer la vie musicale florentine de cette période permet pourtant de révéler les mutations profondes des structures de pouvoir, des réseaux de sociabilité et des référents culturels.

Suivant un plan chronologique, le livre s’appuie sur certains personnages-clés qui traversent toute la période, les peintres Bronzino et Vasari, les écrivains et académiciens Benedetto Varchi, Antonfrancesco Grazzini ou Giovan Battista Strozzi, dont les collaborations et les amitiés avec les musiciens florentins ont laissé de nombreuses traces. En suivant les activités de cette communauté, cette enquête relate la transformation progressive des canti carnascialeschi en mascherate de cour, les débats musicaux au sein de l’Accademia Fiorentina, le dynamisme de la pratique du madrigal polyphonique dans les milieux amateurs, sans oublier les mécanismes du mécénat musical et la construction d’une musique de cour au service du nouveau duché des Médicis.

TABLE OF CONTENTS

Introduction
1. Les Florentins à Rome
2. Florence sous le duc Alessandro
3. Musique et politique à Florence dans les années 30
4. Musique et musiciens à la cour de Cosimo
5. En ville, amitiés et rivalités musicales
6. La cour en spectacle
7. La noblesse florentine et ses pratiques musicales
Annexes biographiques
Bibliographie
Index