Book Series Hagiologia , vol. 18

Saint Roch. L’évêque, le chevalier, le pèlerin (VIIe-XVe siècle)

Pierre Bolle

  • Pages: 925 p.
  • Size:178 x 254 mm
  • Illustrations:4 b/w, 95 col., 77 tables b/w., 7 maps b/w
  • Language(s):French
  • Publication Year:2022


Pre-order*
  • € 145,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE


Saint Roch, de l’évêque au pèlerin en passant par le chevalier, 6 siècles de construction : liturgie, rénovation, iconographie, dédoublement, fiction, rationalisations et érudition.

BIO

Pierre Bolle est médiéviste, docteur en Philosophie et Lettres et membre du centre de recherche Sociétés Anciennes Médiévales et Modernes de l’Université Libre de Bruxelles. Actuel directeur du Palais des Beaux-Arts de Charleroi, il a voué la plus grande part de son activité scientifique à l’hagiographie et en particulier au culte de saint Roch, objet de sa thèse et de plusieurs contributions.

Summary

En ne retenant des deux Vies de saint Roch publiées par les bollandistes que ce qui s’accordait avec l’Histoire, en dépit de leurs incohérences, l’érudition s’était employée jusqu’ici à construire la « biographie vraisemblable » d’un pèlerin thaumaturge de la deuxième moitié du xive siècle. Outre de nouvelles vitae, l’auteur investigue de manière exhaustive toutes les autres dimensions négligées d’un dossier hagiographique complexe : celles de la liturgie, des archives civiles, des reliques et de l’iconographie. Il en publie et analyse un corpus exceptionnel de documents inédits, dont certains précèdent les récits de plusieurs décennies. Il en ressort une figure inattendue et bien différente de celle qui résultait de l’exploitation traditionaliste et trop exclusive des sources littéraires. Elle s’enracine dans celle d’un évêque mérovingien d’Autun, se « rénove » sous l’effet de la peste dans la liturgie languedocienne de la fin du xive siècle, puis se dédouble dans l’iconographie italienne de la première moitié du xve siècle. Elle s’inscrit enfin dans un roman du dernier tiers du siècle, plusieurs fois remanié, que le nouveau vecteur de l’imprimerie propulsera à travers toute l’Europe, en deux décennies à peine. Cette vaste enquête heuristique, conçue dans le strict héritage de l’hagiographie critique, apporte encore une contribution méthodologique et épistémologique originale à la stemmatique des réécritures, à l’étude des faux « vols pieux » de reliques et à l’apport de l’iconographie. Elle entend aussi alimenter la réflexion sur la notion de dévotion populaire et sur les phénomènes et les groupes sociaux qui la génèrent.

TABLE OF CONTENTS

Préface de Guy Philippart
Introduction : un saint paradoxal

I. L’historiographie : la fabrication d’une biographie vraisemblable
A. Les Acta Sanctorum et le commentaire de Jean Pin (Pinius)
B. Cornelius Flaminius : la première édition du rapt des reliques
C. Montpellier : un prosélytisme tardif
D. La « nouvelle chronologie » ou la foi dans les Acta Breviora
E. L’assimilation de la « nouvelle chronologie »
F. Les travaux récents, l’intérêt pour l’expansion du culte et son contexte
G. Quelques monographies régionales ou locales
H. Les cahiers de la Scuola Grande
I. La « nouvelle chronologie » et son pilier : le statut des Acta Breviora
J. Les impasses de la méthode traditionaliste : l’introuvable biographie
K. Conclusion

II. Le dossier littéraire : fusion, réécritures et rationalisations
A. La Vita sancti Rochi
B. La descendance de la Vita sancti Rochi : la Vie en moyen français de Jehan Phelipot
C. Les autres descendants de la Vita sancti Rochi
D. L’Anonyme allemand
E. Les Acta Breviora
F. Adaptations et traduction des Acta Breviora : néerlandais, bas allemand et islandais
G. Quelques inclassables
H. L’exploitation du matériau littéraire connu avant 2004
I. Le Poème italien redécouvert en 2004 : saint Roch repart vers l’Angleterre
J. La seconde découverte de 2004. Dal Bovo : un saint Roch Anglais
K. Le travail sur le sens : le « degré d’invraisemblance »
L. Le travail sur la forme : une nouvelle analyse synoptique
M. Conclusion

III. Le dossier documentaire : Tempeste et peste
A. Liturgie et sources documentaires françaises
B. Liturgie et sources documentaires italiennes
C. Au nord des Alpes
D. Conclusion : un saint rénové en Languedoc et dédoublé en Italie

IV. Les reliques : rumeurs, faux et ratures
A. Enjeux, formes littéraires et versions
B. La tradition vénitienne. Chroniques et martyrologes.
C. La version du « vol pieux »
D. La version arlésienne
E. Conclusion

V. L’iconographie : la préhistoire du saint pèlerin
A. La France : un évêque disparu et un pèlerin tardif
B. L’Italie : le chevalier et le pèlerin
C. Au nord des Alpes : l’importance de l’imprimerie
D. Conclusion

VI. Conclusion générale
A. Vertus et limites de la grande synthèse
B. Heuristique et méthode
C. Processus à l’œuvre et mentalités
D. Poursuivre la recherche

VII. Annexes documentaires
A. Vitae
B. Sources liturgiques ayant trait à Roch évêque
C. Délibérations du Conseil des Dix et Scuola Grande di San Rocco (1478-1499)
D. Scuola Grande Arciconfraternita di San Rocco. Actes relatifs aux reliques
E. Liber provisionum de Voghera, 1483. Vente des reliques par le frère Theotonicus
F. Remise des reliques des trinitaires d’Arles aux trinitaires de Grenade, 2 juin 1501

VIII. Sources primaires
A. Manuscrits
B. Archives
C. Sources imprimées

IX Bibliographie
X. Illustrations
A. Tables des illustrations
B. Crédits photographiques
XI. Table des matières