Book Series Bibliologia , vol. 37

Entre stabilité et itinérance

Livres et culture des ordres mendiants, 13e-15e siècle

Donatella Nebbiai-Dalla Guarda, Nicole Bériou, Martin Morard (eds)

  • Pages: 470 p.
  • Size:210 x 270 mm
  • Illustrations:26 b/w, 18 tables b/w.
  • Language(s):French, Italian, English
  • Publication Year:2014

  • € 100,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-55019-0
  • Paperback
  • Available
  • € 100,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-55122-7
  • E-book
  • Available


Actes du colloque international de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (Paris, novembre 2010)

BIO

Nicole Bériou, directrice de l'IRHT, directeur d'études à l'EPHE ; Donatella Nebbiai, directeur de recherche au CNRS, IRHT ; Martin Morard, chargée de recherche LEM, CNRS.

Review(s)

"L’importance du livre mendiant dans la circulation des idées et des dévotions entre clercs et laïcs est mise en évidence par plusieurs contributions. Elles soulignent par exemple l’importance des legs dans la formation et le développement des bibliothèques des couvents, ou encore l’impact des copies effectuées par les Mendiants sur l’essor du culte de Catherine de Sienne auprès des dames de la bonne société siennoise. Ce n’est là qu’un aperçu des multiples trésors de ce livre foisonnant (...)." (Marie-Madeleine de Cevins, dans: Archivum Franciscanum Historicum, 108 (1-2), juin 2015, p. 336-339)

« On le comprendra, ce volume offre une belle immersion au sein de la culture livresque de la société occidentale du bas Moyen Age.» (Renaud Adam, dans Le Moyen Âge, 3-4, 2016, p. 722)

Summary

Les travaux de ces dernières années confirment que les livres tiennent une place centrale dans l’organisation des couvents mendiants et dans leurs pratiques économiques. Au quotidien, les livres font partie intégrante de la vie des couvents, comme vecteur de connaissances, support d’édification et outil de communication. Les frères les acquièrent pour étudier, pour transmettre les savoirs et pour discipliner la société. Les sœurs sont aussi, souvent, familières de la culture écrite, qui peut représenter un lieu de rencontre et de complémentarité entre les communautés masculines et féminines. Les contributions réunies dans ce volume s’attachent à considérer les différentes formes sous lesquelles les uns et les autres ont exprimé leur adhésion à la culture livresque, ou leurs éventuelles réserves, et reconnaissent dans la tension entre stabilité et itinérance l’un des points essentiels de l’identité culturelle des ordres mendiants. Parmi les aspects étudiés, figurent, en particulier, les réseaux institutionnels et interpersonnels, où les échanges de livres ont eu une très grande ampleur à l’humanisme, ainsi que les conditions historiques qui marquent le passage du manuscrit à l'imprimé.