Book Series Burgundica , vol. 18

De Gavre à Nancy (1453-1477)

L’artillerie bourguignonne sur la voie de la « modernité »

Michael Depreter

  • Pages: 229 p.
  • Size:156 x 234 mm
  • Language(s):French
  • Publication Year:2012

  • € 85,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-54186-0
  • Paperback
  • Available
  • € 85,00 EXCL. VAT RETAIL PRICE
  • ISBN: 978-2-503-55696-3
  • E-book
  • Available


Review(s)

"Michael Depreter offre un ouvrage intéressant et bien documenté sur l’artillerie en Bourgogne de 1450 à 1477, que tout chercheur travaillant sur la guerre et l’artillerie doit posséder dans sa bibliothèque." (Jacques Paviot, dans: Francia-Recensio, 2014/2)

"(...) l’objectif du livre – comparer la réputation flatteuse de l’artillerie bourguignonne à ce que l’on peut savoir de son efficacité sur le terrain grâce à, ce qui y ouvre, l’étude de son administration – est parfaitement rempli par cette étude (...)". (Christophe Masson, dans: Le Moyen Âge, CXX, 2014, p. 538-539)

Summary

Dans la veine de la « nouvelle histoire militaire », cette étude consacrée à l’artillerie « bourguignonne », de la guerre menée par Philippe le Bon contre les Gantois (1451-1453) à la mort de Charles le Hardi devant Nancy (5 janvier 1477), vise à cerner l’organisation d’un instrument militaire alors en plein essor, engendrant d’importantes dépenses – relevant également des domaines du génie et de la logistique – qu’une administration compétente devait encadrer au mieux. Au centre de l’objectif se trouve un personnel sans cesse croissant d’artisans–soldats dont la professionnalisation et la spécialisation reflètent les changements technologiques auxquels l’artillerie fut alors soumise sous l’impulsion des politiques des ducs de Bourgogne, et, en particulier, de Charles le Hardi, prince désirant disposer d’une artillerie puissante, efficace et à la pointe du progrès pour réaliser ses ambitions.

Michael Depreter, aspirant du F.R.S.-FNRS, étudie actuellement, à l’Université libre de Bruxelles, l’impact des relations entre l’artillerie, ses artisans et les pouvoirs, sur la construction de « l’Etat moderne ».