Skip Navigation Links
B. Barc
Du sens visible au sens caché de l’Écriture. Arpenteurs du temps
Essai sur l’histoire religieuse de la Judée à la période hellénistique. Nouvelle édition

Add to basket ->
250 p., 25 b/w tables, 156 x 234 mm, 2021
ISBN: 978-2-503-59481-1
Languages: French, Hebrew, Greek
PaperbackPaperback
The publication is available.The publication is available.
Retail price: EUR 70,00 excl. tax
How to order?
Online content: https://www.brepolsonline.net/action/showBook?doi=10.1484/M.JAOC-EB.5.123654

La rédaction finale de la Torah est communément datée de la période perse (entre 400 et 350 avant notre ère). C’est à partir de cette époque que « la Bible » aurait occupé une place centrale dans la religion judéenne. L’artisan de cette réforme aurait été un grand prêtre venu de Babylone, Esdras. Il aurait bénéficié du soutien officiel d’un roi perse. Cette version des faits s’est imposée depuis que les juifs et les chrétiens ont reconnu le statut de « texte sacré » au livre d’Esdras. Aujourd’hui encore la plupart des spécialistes retiennent ce scénario, au moins dans ce qu’il a d’essentiel: « la Torah serait devenue la clé de voûte de la religion judéenne à la période perse ». Il existe pourtant une autre version dont le scénario est identique, mais dans laquelle les noms et les dates sont autres. La réforme aurait eu lieu, non pas à la période perse, mais deux siècles plus tard à la période hellénistique. La Torah aurait bien été promulguée par un grand prêtre, mais son nom serait Siméon fils d’Onias. Il serait bien venu de l’étranger, mais d’Égypte. Il aurait bénéficié du soutien d’un roi étranger, mais d’un roi grec d’Alexandrie. Le texte fondateur des religions juive et chrétienne a-t-il été « écrit » par Esdras pour une communauté judéenne encore imprégnée de sa culture traditionnelle ou par Siméon pour une élite sacerdotale largement ouverte à la culture hellénistique ? Son auteur est-il un personnage de légende dont on ignore tout, ou un acteur connu de l’histoire politique, sociale et culturelle de la Judée de 200 avant notre ère ?


Bernard Barc a enseigné l’hébreu ancien comme maître de conférences à Nancy et Lyon Jean Moulin entre 1967 et 2005. Professeur invité à l’Université Laval de 1978 à 1980, dans le cadre de l’édition de la Bibliothèque copte de Nag-Hammadi, il y a publié « le Livre des secrets de Jean ». Dans le domaine de l’histoire de l’herméneutique juive ancienne on lui doit les « Arpenteurs du Temps » en 2000 et « Siméon le Juste l’auteur oublié de la Bible hébraïque » en 2015.
Table of Contents

Préface de Paul-Hubert Poirier, Membre de l’Institut

Introduction
- À la nouvelle édition
- À la première édition
Transcription de l’hébreu

Chapitre 1. Langue des fils d’Adam ou langue du sanctuaire ?

Première partie. À l’École d’Aqiba
Chapitre 2. L’enseignement sur le ’ét
Chapitre 3. Aqiba et ses modèles
Chapitre 4. Quatre entrèrent au Paradis
Chapitre 5. L’analogie verbale appliquée au récit des fleuves du Paradis

Deuxième partie. L’histoire du second Temple à l’épreuve de l’analogie
Chapitre 6. Le livre d’Esdras-Néhémie et la Lettre d’Aristée
Chapitre 7. Siméon le Juste, fondateur de la double hauteur
Chapitre 8. Onias III, l’héritage dilapidé
Chapitre 9. Onias IV, le retour en Égypte
Chapitre 10. Éléazar ou Jésus ?
Chapitre 11. De la lettre à l’Esprit
Chapitre 12. L’enfouissement du rouleau de la Torah
Chapitre 13. De Siméon à Esdras

Glossaire
Bibliographie
Index des œuvres et auteurs anciens

Interest Classification:
Religion (including History of Religion) & Theology
Judaism

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2022 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved