Skip Navigation Links

Genèses antiques et médiévales de la foi

C. Grellard, P. Hoffmann, L. Lavaud (eds.)
165 x 250 mm
ISBN: 978-2-85121-304-4
Languages: French
PaperbackPaperback
The publication is in production.The publication is in production. (07/2019)
Retail price: approx. EUR 60,00 excl. tax
How to order?

Ce volume est issu d’un ensemble de colloques qui se sont tenus en 2012 et 2013 à Paris. Ces colloques entendaient rassembler des chercheurs issus de disciplines diverses (histoire des religions, philosophie, humanités classiques, etc.) et spécialistes de périodes variées (de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge) afin de faire le point sur le statut des notions qui relèvent du champ sémantique de la croyance religieuse. Partant du constat que ces termes sont le plus souvent équivoque, et que l’usage même qui en est fait à l’heure actuelle dans le domaine des sciences sociales et humaines est grevé par cette équivocité, il nous a semblé nécessaire de rendre à ces concepts leur historicité, de montrer comment la notion de foi, souvent utilisée dans nos discours comme allant de soi, se constitue progressivement au cours d’une histoire qui est faite d’aller-retour entre des champs intellectuels hétérogènes (de la logique à la religion et de l’épistémologie à la politique).

La qualité unanimement reconnue des colloques nous a conduits à rassembler un certain nombre des communications après avoir demandé à leurs auteurs de retravailler leurs textes en prenant en considération les questions et objections qu’ils avaient pu susciter ainsi que les acquis des autres interventions. Le livre présenté résulte de ce travail de réécriture qui a permis de gagner en cohérence et en densité.

Le volume s’organise autour de quatre axes temporelles ou quatre « traditions » clés. La première partie présente la tradition platonicienne (au sens large, en y incluant à la fois les réactions anti-platoniciennes et les évolutions du néo-platonisme). C’est en effet cette tradition qui innerve ensuite largement les réflexions du christianisme grecque et romain, puis médiéval, auquel sont consacrées les parties suivantes. La tradition platonicienne inscrit au cœur de sa réflexion une tension entre l’opinion et la certitude supra-rationnelle qui va être exploitée ensuite par les penseurs chrétiens, des Pères de l’Eglise aux théologiens scolastiques en particulier pour insister sur la dimension existentielle de cette certitude, en raison du lien privilégié qu’elle institue avec le divin. Toute la difficulté étant de faire tenir ensemble la dimension communautaire de la pratique religieuse avec cette tension individuelle vers la transcendance. C’est cette tension entre l’intériorité de la conviction et l’extériorité des pratiques rituelles, tension dont hérite la modernité et qui définit encore largement le rapport au religieux dans les sociétés occidentales.

Table of Contents

C. Grellard, L. Lavaud : Introduction

PREMIERE PARTIE : EMERGENCE ET TRANSFORMATION DE LA PISTIS, DE PLATON AU NEO-PLATONISME

Monique Dixsaut : Quelle sorte d’état de l’âme est pour Platon la pistis ?
Annick Jaulin : Usages aristotéliciens de pistis
Françoise Frazier : Les emplois de pistis chez les médioplatoiciens
Jérôme Moreau : La pistis d’Abraham chez Philon : vertu presque parfaite de l’union intellectuelle à Dieu
Luc Brisson : La pistis chez Plotin et Porphyre : philosophie et religion
Christian Jambet : La foi de l’intellect ou le contact de la présence selon les philosophes néoplatonisants en islam

DEUXIEME PARTIE : L’ELABORATION CHRETIENNE DE LA PISTIS DE SAINT PAUL AUX PERES GRECS

Régis Burnet : La foi chez saint Paul : un concept dynamique
Jean-Daniel Dubois : Pistis dans le cadre de la sotériologie des gnostiques valentiniens
Marie-Odile Boulnois : « Commencer par croire ». La primauté de la foi chez Clément d’Alexandrie, Origène et leurs successeurs
Marco Zambon : Dall’ascolto alla visione : la fede come conoscenza elementare e come compimento in Origene
Laurent Lavaud : L’événementialité de la foi chez Grégoire de Nysse
Anca Vasiliu : Périchorèse de la foi dans le De Fide de Jean Damascène. L’hypostase des choses espérées.

TROISIEME PARTIE : LA SUBVERSION CHRETIENNE DE LA FIDES ROMAINE. DE CICERON A SAINT AUGUSTIN.
Carlos Lévy : De l’éloquence à la philosophie : l’évolution sémantique de fides
Sophie van der Meeren-Ferrari : La polysémie de fides dans la démarche apologétique de Lactance : des valeurs traditionnelles aux valeurs chrétiennes
Isabelle Bochet : Les définitions augustiniennes de la fides : au croisement des traditions philosophiques et de l'exégèse biblique

QUATRIEME PARTIE : DE LA CROYANCE INSTITUEE A LA FOI PERSONNELLE. TRANSFORMATIONS MEDIEVALES
Dominique Iogna-Prat : Socialiser la foi: esquisse d'un parcours ecclésial
Joël Biard : Produire la confiance, la fides dans la tradition topique médiévale
Gilbert Dahan : Le concept de fides à la lumière des commentaires médiévaux de quelques versets de l'Ancien et du Nouveau Testament
Camille de Belloy : La vérité première. Jalons pour une histoire de la foi de Guillaume d’Auxerre à Thomas d’Aquin
Olivier Boulnois : Les trois dimensions de la foi. Le concept de foi selon quelques théologiens médiévaux (XIIe-XIVe siècles)
Nicolas Faucher : Prêter foi avec parcimonie. Le traitement scotiste de la foi acquise et de la foi infuse
Pascale Bermon : "Il n'est pas au libre pouvoir de l'homme de croire quand il lui plaît": l'involontarisme doxastique de Robert Holkot
Christophe Grellard : Que m’est-il permis d’ignorer ? La foi, l’ignorance et les limites acceptables de l’orthodoxie

Series Branch:
Collection des Études Augustiniennes
Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité
Interest Classification:
Classics, Ancient History, Oriental Studies
Ancient history & archaeology: Europe

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2019 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved