Skip Navigation Links

Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ?
Actes du colloque international, organisé par l’Institut d’Études Médiévales et tenu à l’Institut Catholique de Paris les 30 novembre et 1er décembre 2017, réunis par Dominique Poirel

D. Poirel (ed.)
Add to basket ->
206 p., 156 x 234 mm, 2021
ISBN: 978-2-503-59331-9
Languages: French, English
PaperbackPaperback
The publication is available.The publication is available.
Retail price: EUR 40,00 excl. tax
How to order?
Online content: https://www.brepolsonline.net/action/showBook?doi=10.1484/M.STMH-EB.5.122679

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si l’historiographie du xixe siècle flétrissait volontiers de ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semblait mièvre, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif “mystique” pour désigner bien autre chose : une certaine manière d’interpréter les Écritures (sens mystique), une façon de discourir sur Dieu (théologie mystique), une appartenance à la même Église (corps mystique). Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot “mystique” est-il employé dans des œuvres médiévales, et que veut-il dire ? À l’inverse, dans les œuvres dites aujourd’hui “mystiques”, comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ? Est-il pertinent d’enclore dans un même genre des textes aussi divers que les visions, la littérature de dévotion, les analyses de la contemplation, les itinéraires de l’âme vers Dieu, la Théologie mystique du pseudo-Denys ? De la fin de l’époque patristique aux début de la Renaissance, le sens du mot “mystique” est-il resté stable, ou bien a-t-il évolué ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Archiviste paléographe, Directeur de recherche au CNRS, attaché à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Directeur de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, Visiting Professor à l’Université Catholique de Lublin, Dominique Poirel est historien des textes et de la pensée du Moyen Âge, éditeur et spécialiste en particulier de l’école de Saint-Victor.

Table of Contents

Dominique POIREL, Introduction
Dominique POIREL, « Mystique » : histoire d'un mot, histoire d'un malentendu

Le XIIe siècle
Marielle LAMY, La spiritualité nuptiale des Cisterciens ,
Cédric GIRAUD, Les noces d’exégèse et de contemplation. La spiritualité d’Hugues et de Richard de Saint-Victor
Laurence MOULINIER-BROGI, Élisabeth de Schönau et Hildegarde de Bingen, un tandem paradoxal

L’âge des universités
Declan LAWELL, The Medieval Assimilation of Dionysian Mystical Theology
Laure SOLIGNAC, Le fait mystique chez deux scolastiques (Bonaventure et Thomas d’Aquin)
Élisabeth BONCOUR, Y a-t-il une mystique eckhartienne ?
Marc VIAL, Jean Gerson et la théologie mystique

Au-delà de l’École
Jean-René VALETTE, Existe-t-il une mystique courtoise ? Mots, textes et concepts 
Jacques DALARUN, Un Huron chez les mystiques

Conclusions
Olivier BOULNOIS, Conclusions. Continuités, glissements, ruptures

Index codicum
Index nominum et operum

Interest Classification:
Religion (including History of Religion) & Theology
Medieval & Renaissance History (c.400-1500)
Medieval European history (400-1500) : main subdisciplines
Religious history

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2021 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved