Skip Navigation Links

Les récits de la destruction de Jérusalem (70 ap. J.-C.): contextes, représentations et enjeux, entre Antiquité et Moyen Âge

F. Chapot (ed.)
approx. 450 p., 156 x 234 mm, 2020
ISBN: 978-2-503-58830-8
Languages: French
PaperbackPaperback
The publication is in production.The publication is in production. (03/2020)
Retail price: approx. EUR 80,00 excl. tax
How to order?

Un panorama assez large du destin des récits de la destruction de Jérusalem et de ses interprétations dans l’Antiquité et au début du Moyen Âge.

L’ouvrage, fruit d’un séminaire de recherche de plusieurs années, se propose d’explorer les traditions littéraires, juives et chrétiennes, du récit de la destruction de Jérusalem (70 ap. J.-C.) dans l’Antiquité et jusqu’au Haut Moyen Âge. L’approche retenue s’interesse moins aux événements qu’à la perception et à la mise en récit qu’ils ont suscitées, et vise, à partir de la lecture des textes, à cerner les intentions qui ont présidé à leur rédaction, leur interprétation de l’événement, la portée qu’ils lui accordent.

Après une analyse du récit de Flavius Josèphe, puis, pour inscrire celle-ci dans une tradition historique et littéraire, un panorama des destructions de ville dans l’Antiquité gréco-romaine et hébraïque et de leurs récits, une deuxième partie considère le retentissement de la chute de Jérusalem au IVe s., c’est-à-dire les débats, polémiques et projets qui accompagnèrent les représentations qu’on se fit alors de l’image et la place de la ville : l’enquête se porte plus spécifiquement sur Eusèbe de Césarée et sur l’adaptation latine du récit flavien attribuée au Ps.-Hégésippe, ainsi que sur les projets de reconstruction de Jérusalem menés ou envisagés par Constantin et Julien.

Le dernier volet de l’enquête examine des textes qui, tout en étant eux-mêmes bien ancrés dans leur époque, n’hésitent pas à s’affranchir, dans leur relation des événements, des réalités chronologiques : le Midrash Bereshit Rabbah et l’approche délibérément anhistorique des rabbins, et un texte polymorphe, qui connut une grande fortune au Moyen Âge, la Vindicta Saluatoris, composée à une date indéfinie, à situer vraisemblablement entre le VIe et le IXe s.

Responsable : Frédéric Chapot, professeur de latin "Littératures et religions de la Rome chrétienne" à la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg, est spécialiste de litterature latine chrétienne.

Table of Contents

1. Le siège de Jérusalem selon Flavius Josèphe
Serge Bardet (Université d’Evry Val d’Essonne)

2. La « destruction » de villes dans l’Antiquité romaine
Alain Chauvot (Université de Strasbourg)

3. Le motif littéraire de la destruction des villes
Frédéric Chapot, Jean-Luc Vix (Université de Strasbourg)

4. La peine devant la mort d’une ville : reflet d’un motif proche-oriental dans la Bible hébraïque
Regine Hunziker-Rodewald (Université de Strasbourg)

5. La tradition chrétienne de la chute de Jérusalem chez Eusèbe de Césarée
Hervé Huntzinger (Université de Lorraine)

6. De la destruction à la reconstruction : les « projets » des empereurs Constantin et Julien à Jérusalem
Gabriella Aragione (Université de Strasbourg)

7. Le Pseudo-Hégésippe et l’antijudaïsme tardif
Agnès Molinier-Arbo (Université de Strasbourg)

8. Réflexions sur l’histoire du temple de Jérusalem dans le Midrash Bereshit Rabbah
Matthias Morgenstern (Université de Tübingen)

9. Un développement littéraire haut médiéval : le thème de la Vindicta Saluatoris

Rémi Gounelle (Université de Strasbourg), Céline Urlacher (Université de Haute-Alsace).

Interest Classification:
Religion (including History of Religion) & Theology
Judaism

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2020 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved