Skip Navigation Links
De Diversis Artibus (DDA 105 (N.S. 68))
É. Borel
À l’aube de la théorie des quanta
Notes inédites d’Emile Borel sur un cours de Paul Langevin au Collège de France (1912-1913)

M. C. Bustamante De la Ossa
approx. 353 p., 73 colour ill., 216 x 280 mm, 2019
ISBN: 978-2-503-58638-0
Languages: French
HardbackHardback
The publication is in production.The publication is in production. (01/2020)
Retail price: approx. EUR 65,00 excl. tax
How to order?

Émile Borel et Paul Langevin représentent deux facettes de la science française, en mathématiques et en physique, au début du XXe siècle. La physique quantique naissante qui à l’époque bouleverse les conceptions scientifiques, les a réunis par la voie d’un cours au Collège de France en 1912-1913. Langevin ne publiant pas ses cours, aucune trace de celui-ci ne nous était parvenue. La découverte fortuite du carnet de notes de Borel, auditeur de Langevin, permet de combler cette lacune.

Table of Contents

Première partie

Chapitre 1
Evoque certaines institutions scientifiques françaises comme la Société Française de Physique et les évènements qu'elles organisèrent au début du XX siècle  ainsi que leur ouverture à une nouvelle physique venue de l’étranger. Parallèlement, le chapitre  décrit l’itinéraire personnel de Paul Langevin, ses relations avec d’éminents collègues français et étrangers et son désir de contribuer  à l'atomistique naissante. Ce qui permet de comprendre à quel point il était préparé aux leçons qu'il fit en 1912-1913 au Collège de France. En lisant les notes que prit Borel de ces leçons, le lecteur reconnaîtra, des problématiques soulevées par des travaux détaillés dans le chapitre.

Chapitre 2
Le cours de Langevin sur Les difficultés de la théorie du rayonnement fait l’objet de ce chapitre. Celui-ci est surtout  consacré à Emile Borel, mathématicien, et l’ensemble du public ainsi qu’à la pédagogie du physicien.

Chapitre 3
Est consacré au cahier de notes de Borel, seule trace du cours de Langevin, et à la façon dont elles ont été prises. Il s’agit d’un écrit qui du point de vue du fond autant que de la forme présente un caractère nettement privé, personnel. Il est loin d’être un enregistrement sténographique de la parole de Langevin.  Il est une fenêtre sur les choix d’enseignement et de réflexion de Langevin. En même temps, il montre un Borel auditeur, assistant au cours et prenant des notes, ou n’assistant pas mais s’arrangeant pour avoir des notes. Borel est alors scripteur, récepteur, interprète et critique de la parole de Langevin. Il fait des choix de notation, hésite, corrige, et souligne. Il est en général sensible aux éléments visuels comme moyen de compréhension : croquis, diagrammes, dessins, figures, encadrements, et connecteurs. Il sait abréger un calcul quand il convient. Par tous ces artifices, le cahier nous permet de percevoir le mouvement de ses pensés a à l’écoute de Langevin.

Deuxième partie

Elle présente le manuscrit de Borel  intégralement transcrit et commenté. Borel traite dans ses notes des lois thermodynamiques du rayonnement formulées dans la seconde moitié du XX siècle, des échanges d’énergie entre la matière et le rayonnement, puis de la première et la seconde théorie de Max Planck formulées respectivement en 1900 et 1911 et enfin des travaux contemporains de Poincaré et d’Ehrenfest sur la loi de Planck et d’Einstein sur les fluctuations.

Interest Classification:
Sciences & Technology
Science
History of Science

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2019 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved