Skip Navigation Links
F. Maddison †, A. Brieux †, B. Halff
Répertoire des facteurs d’astrolabes et de leurs œuvres en terres d’Islam
I: Texte & II: Images

2 vol., approx. 900 p., 970 b/w ill. + 6 colour ill., 210 x 270 mm, 2019
ISBN: 978-2-503-58637-3
Languages: French
PaperbackPaperback
The publication is in production.The publication is in production. (01/2020)
Retail price: approx. EUR 200,00 excl. tax
How to order?

Le Répertoire se veut être un tableau aussi exhaustif que possible de tous les facteurs d’astrolabes ayant travaillé en terre d’Islam ainsi que ceux qui, en Inde du Nord, ont réalisé des instruments inspirés de la tradition islamique

Sommet du savoir, symbole des orbes, complexe de géométrie, figure du monde, guide de la sagesse, l’astrolabe a, depuis longtemps, suscité curiosité et admiration. Son emploi pour la résolution des problèmes géométriques, ses applications pratiques pour la connaissance du cosmos, l’ingéniosité de sa conception et la beauté souvent exceptionnelle de sa gravure en ont fait « l’Instrument Roi ».

Depuis près de deux cents ans, les historiens comme les collectionneurs lui vouent le plus grand intérêt. En effet, de toute l’histoire de l’Islam et de la Chrétienté, il est le seul instrument scientifique dont on possède bon nombre d’exemplaires fabriqués dès les premiers siècles de l’hégire jusqu’à ce qu’il tombe en désuétude au dix-neuvième siècle de notre ère. C’est dire s’il constitue un sujet de choix pour l’étude de la conception et de la réalisation des instruments astronomiques et, par delà même, de la transmission de la pensée héritée des Grecs et son acheminement à travers l’Islam jusqu’à la Chrétienté et peut-être encore vers d’autres cultures lointaines. Il comble des lacunes laissées dans nos connaissances par les textes littéraires et les manuscrits traitant des instruments anciens. Il nous fournit aussi des données qui nous permettent de savoir qui en étaient exactement les constructeurs et de mieux comprendre leur fonction et celle de leurs instruments dans la société.

Nous connaissons beaucoup d’astrolabes « islamiques » portant des inscriptions en arabe ou en persan, quelquefois en turc, et d’astrolabes de l’Inde, portant des inscriptions en sanscrit. Il faut en ajouter un qui porte une inscription en caractères hébraïques, celui d’Abraham, quatre en arménien (ceux de Alat’ciean, Nuriǰanean Lukas Vanandec‘ī, Murād ‘Isānī, ainsi qu’un astrolabe arménien anonyme) et un en géorgien, le n° 26 de ‘Abd al-A’imma. En dehors de ces objets, cette longue période nous a laissé des globes célestes islamiques et quelques globes indiens, ainsi que des équatoires, des quadrants, des cadrans solaires et des indicateurs de qibla, dont beaucoup sont signés et dont certains sont datés. Nous avons voulu également répertorier ces instruments.

Le Répertoire se veut être un tableau aussi exhaustif que possible de tous les facteurs d’astrolabes ayant travaillé en terre d’Islam ainsi que ceux qui, en Inde du Nord, ont réalisé des instruments inspirés de la tradition islamique. D’autres pays d’Europe orientale proviennent également des exemples très proches des modèles islamiques, mais portant des inscriptions en arménien et en géorgien.

Alain BRIEUX (1922-1985), collectionneur d’instruments scientifiques, a fondé la "Librairie Alain Brieux" (livres et instruments scientifiques anciens) à Paris. Francis MADDISON (1927-2006), conservateur du Musée d’Histoire des Sciences à Oxford, a présidé la "Society for the History of Medieval Technology and Science"

Interest Classification:
Fine Arts & Performing Arts
Art History (general)
Medieval art history
Medieval & Renaissance History (c.400-1500)

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2019 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved