Skip Navigation Links

Correspondance de Marie de Hongrie avec Charles Quint et Nicolas de Granvelle. Tome 2: 1533

J.-P. Hoyois, L. Gorter-Van Royen (eds.)
approx. 470 p., 10 colour ill., 156 x 234 mm, 2018
ISBN: 978-2-503-58042-5
Languages: French
HardbackHardback
The publication is in production.The publication is in production. (10/2018)
Retail price: approx. EUR 110,00 excl. tax
How to order?

L’idée d’une publication systématique de la volumineuse correspondance (essentiellement conservée au Haus-, Hof-, und Staatsarchiv à Vienne) échangée entre Charles Quint et ses frère et soeur, Ferdinand Ier et Marie de Hongrie, ne date pas d’hier, et est à mettre à l’actif d’historiens viennois. Mais, ceux-ci plus intéressés par les territoires habsbourgeois d’Europe centrale que par les anciens Pays-Bas, centrèrent leurs efforts sur la personne de Ferdinand, en ne prenant en compte, de ce fait, que deux pans de cette relation triangulaire: d’une part, la correspondance entre Ferdinand et Charles, et d’autre part, celle entre Ferdinand et Marie. Le chantier qui avait été amorcé au début du 20e siècle, pour la période 1514-1530, sommeilla ensuite longuement. Il ne reprit que beaucoup plus tard (1973) en envisageant successivement les années 1531-1532, 1533-1534 et 1535-1536.

Cette édition de la correspondance entre Marie de Hongrie, Charles Quint et Nicolas Perrenot de Granvelle pour 1533 (près de 200 textes) est principalement marquée par les instructions de Marie du mois de février et les réponses fournies par Charles en avril. Ces documents ont soulevé de nombreuses questions. En plus, d’autres documents, parfois non datés, sont apparus comme directement liés à ces instructions. Leur provenance fut difficile à démasquer. Grâce à un travail patient et minutieux, une comparaison des écritures a pu apporter plusieurs réponses aux éditeurs comme par exemple, l’attribution des différents documents aux chancelleries respectives de Charles et Marie.

Laetitia Gorter-van Royen, née à Delft (Pays-Bas) en 1945, a étudié l’histoire à l’université de Vienne. Elle a pu, d’une part, s’initier à l’histoire de l’Europe centrale, et d’autre part tenter de mieux comprendre le mythe des Habsbourg. La combinaison de son origine néerlandaise et de sa maîtrise de la langue française a incité le professeur Lutz, grand spécialiste de Charles Quint, à lui proposer d’écrire sa thèse sur Marie de Hongrie, la soeur trop méconnue de Charles Quint, dont la correspondance en français repose en grande partie dans les archives viennoises. Cette thèse, ralentie suite au décès du professeur Lutz et menée à terme sous la direction des professeurs Blockmans et De Schepper, fut finalement défendue à l’Université de Leyde.

Jean-Paul Hoyois, né à Mons (Belgique) en 1967, est licencié en histoire de l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) et agrégé de l’enseignement secondaire supérieur (1991). Ses travaux portent principalement sur l’histoire des institutions aux Temps modernes. De 1992 à 1995, il a été assistant de recherches successivement auprès des professeurs Sosson et Bruneel (Louvain-la-Neuve). Avec ce dernier, il a publié Les grands commis du gouvernement des Pays-Bas autrichiens. Dictionnaire biographique du personnel des institutions centrales, ouvrage récompensé en 2002 du prix Arthur Merghelynck de l’Académie royale de Belgique. Il est actuellement secrétaire général de Hannonia, Centre d’information et de contact des cercles d’histoire, d’archéologie et de folklore de la province du Hainaut (Belgique).

Table of Contents

Introduction

Textes

Index des noms de personnes et de lieux

Interest Classification:
Modern History (1501 to the present)
Early modern history (1501-1800) : main subdisciplines
Political & institutional history

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2018 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved