Skip Navigation Links
J.-F. Goudesenne
Émergences du Chant Grégorien : Les strates de la branche Neustro-insulaire (687-930)

2 vol., 588 p., 98 b/w ill. + 6 colour ill., 216 x 280 mm, 2018
ISBN: 978-2-503-57978-8
Languages: French
PaperbackPaperback
The publication is in production.The publication is in production. (02/2019)
Retail price: EUR 140,00 excl. tax
How to order?

Soucieux de réconcilier l'érudition « grégorienne » avec les travaux des liturgistes et des philologues, Jean-François Goudesenne scrute dans la genèse du chant « grégorien » l'hypothèse d'une première phase franco-insulaire, enracinée dans l'ancienne Neustrie mérovingienne, vivifiée par les apports monastiques irlandais et anglo-saxons, en lien à l'époque carolingienne avec des foyers piémontais et lombards. Une hypothèse qui permet de reconstruire la genèse d'un grégorien décliné au pluriel : comme la minuscule caroline, le cantus fut « fabriqué » telle une mosaïque, par étapes successives et non depuis un centre unique ; une telle diversité, malgré tout unifiée, induit plusieurs matrices. Les multiples interférences de l'oralité sur l'écriture, la nature spécifique des textes chantés comme la fonction des manuscrits liturgiques permettent de déceler ses réécritures successives, dégagées des dogmes hérités d'une vision néo-lachmanienne de « l'original unique », à deux branches opposées, dont la lotharingienne et l'alémano-germanique ont été largement favorisées, depuis la période ottonienne jusqu'à l'édition Vaticane. Grâce aux ressources exceptionnelles de l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes et des programmes menés depuis plus de quinze années, il revisite les aires culturelles européennes en inscrivant « l'émergence grégorienne » dans une acculturation évolutive, selon un schéma généalogique plus complexe qu'une simple transmission linéaire. Une posture lentement construite à partir d'un vaste corpus, desservie par un large panel de sources dans l'espace de l'Imperium et la profondeur de la transmission longue. Indépendant des méthodes des entreprises solesmiennes de la première moitié du xxe siècle comme des restitutions de l'école post-cardinienne ou encore de cette théorie d'un improbable « antiphonaire de Charlemagne » de Levy, il s'inscrit plus volontiers dans la lignée des travaux de Treitler, Van der Werf, Bernard, Saulnier et Jeffery. L'abandon du « mythe grégorien », des notions équivoques d'auteur et de texte ouvre de véritables perspectives pour ces répertoires « en transition » entre modèles romains, insulaires, francs et italiques, avecdes usages locaux plus différenciés qu'une « nouvelle histoire » du cantus ne pourra plus ignorer.

Depuis 1999, Jean-François GOUDESENNE est chargé de recherche à la section de musicologie de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS), fondée en Orléans par Michel Huglo en 1979. Il se spécialise dans le domaine des chants liturgiques latins de l’époque carolingienne. Après l’étude des historiae de la Province de Reims (Brepols 2002), l’édition de l’office de saint Denis et le fac-similé d’un antiphonaire de Saint-Omer, suivis de nombreux articles de colloques (dont Cantus Planus) et de revues, il a passé de nombreuses années au catalogage des fonds de manuscrits des bibliothèques du Nord de la France, et aux recherches sur le chant grégorien et sa transmission dans l’espace Nord-Ouest européen. Il anime séminaires et stages de musicologie médiévale, dans une perspective souvent interdisciplinaire autour de la liturgie et de l’histoire des arts, au Centre Européen de Conques, à Chartres, Tours et Paris, en partenariat avec des collègues chanteurs et directeurs d’ensembles spécialisés dans les musiques médiévales.
Interest Classification:
Fine Arts & Performing Arts
Musicology
History of musical forms

Privacy Policy - Terms and Conditions © 2019 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved