Skip Navigation Links

Portrait and Tapestry/Portrait et Tapisserie

P.-F. Bertrand, P. Bordes (eds.)
Add to basket ->
171 p., 84 b/w ill. + 33 colour ill., 245 x 297 mm, 2015
ISBN: 978-2-503-54088-7
Languages: English, French
HardbackHardback
The publication is available.The publication is available.
Retail price: EUR 100,00 excl. tax
How to order?

Portrait tissé, portrait en tapisserie: l’association des deux termes est inattendue. On craint d’avoir affaire à un oxymore avancé au hasard, à une somme de contradictions. Ce serait la rencontre forcée entre un genre tourné vers la description naturaliste et un médium visuel caractérisé par des principes décoratifs et utilitaires. En tant que pratique sociale à l’époque moderne le portrait puise sa légitimité dans la sécularisation croissante des sociétés et des cultures européennes. Il se greffe sur l’intérêt accordé à l’histoire des individus dans leur existence terrestre, tandis que la tapisserie depuis ses origines fonde son attrait sur les histoires fantastiques qu’elle illustre pour faire prier ou rêver. Le portrait rattache le spectateur directement au monde, la tapisserie l’aide à s’en détacher. Certes la poétique de cour sert un discours de fondation familiale et de légitimation historique, aux enjeux de pouvoir bien concrets et le plus souvent sanglants, comme dans les tentures à sujets troyens des XIVe et XVe siècles, mais l’allusion généalogique n’est pas envisagée comme un obstacle à l’imagination. Les portraits tissés à l’époque de la Renaissance participent à l’avènement d’une nouvelle sensibilité historique, nourrie de témoignages pris sur le vif, et supplantent un « art de mémoire » et ses figures-types. La présence de personnalités contemporaines dans les tentures dut sembler aussi naturelle que de les voir peupler les enluminures, les retables et les vitraux: l’aura ancien de la tapisserie se trouvait amplifié par l’aura du genre nouveau du portrait. Plusieurs circonstances et facteurs aident à comprendre pourquoi la tapisserie fut adoptée comme support du portrait au cours des siècles. Les études de cas réunies dans ce volume permettent d’évoquer plusieurs des étapes significatives du développement du portrait tissé, de la fin du Moyen Âge à l’entre-deux-guerres.

Philippe Bordes, auteur de nombreux travaux sur l’art de l’époque de la Révolution et de l’Empire qui privilégient une approche sociale et politique, est professeur d’histoire de l’art à l’université Lyon 2 et membre du Laboratoire de Recherche historique Rhône-Alpes (LAR HRA).

Pascal-F. Bertrand est professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université Bordeaux Montaigne et dirige le Centre de recherche François-Georges Pariset (EA 538).

Table of Contents

Philippe Bordes et Pascal-François Bertrand, Introduction – Elizabeth Cleland, Rogier van der Weyden and Other Red Herrings: the Quest for Designers’ Self-Portraits in Renaissance Tapestries – Florence Patrizi, Une galerie de portraits tissés des chevaliers de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem autour de 1500 d’après des dessins réalisés pour Fabio Chigi en 1637 – Guy Delmarcel, Têtes de caractère ou portraits historiés ? À propos de quelques visages tissés dans les tentures flamandes de l’entourage de Charles Quint – Lorraine Karafel, A Renaissance Scholar in Classical Athens: The Portrait in Raphael’s Paul Preaching at Athens – Lucia Meoni, Portraits of Michelangelo and Other Famous Men in the Medici Joseph Tapestries woven by Jan Rost and Nicolas Karcher and designed by Pontormo, Bronzino and Salviati – Philippe Bordes, Un monument familial de 1554: la tapisserie de Croÿ conservée à Greifswald – Ulrich Reindel, The King Tapestries at Kronborg Castle. A "Mirror of Princes" for a Protestant Prince – Jean Vittet, La Tenture de L’Histoire du roi de Charles Le Brun: le portrait entre vérité et propaganda – Élodie Pradier, Le portrait de Jean-Baptiste Oudry tissé dans le Cerf aux abois dans les Rochers de Franchard à Fontainebleau (1739-1745) – Pascal-François Bertrand, Le portrait tissé en buste : un genre de tableau – Barbara Caen, Les portraits tissés de la tenture des Serments et Métiers d’après Willem Geets dans l’hôtel de ville de Bruxelles Todd Longstaffe Gowan, Anto-Carte’s monumental portrayal of the Triumphant Return of Albert I of Belgium (1934)

Interest Classification:
Fine Arts & Performing Arts
Painting
Other art forms
Tapestry

This publication is also distributed by: ISD
Privacy Policy - Terms and Conditions © 2017 Brepols Publishers NV/SA - All Rights Reserved